Définition et interprétations du concept de modern management

Le Modern Management est un pas de plus vers l’optimisation de la gestion des terminaux au sein et en dehors de l’entreprise. Il s’agit d’un concept — inventé récemment par Microsoft — qui a fait l’objet de commentaires et d’études de la part de VMware et de Gartner. On verra ainsi que la conduite du changement nécessaire à la mise œuvre de cette nouvelle méthode est loin d’être négligeable.

Définition

Le concept de Modern Management (que l’on peut interpréter en français par « gestion moderne des terminaux ») a été créé par Microsoft en 2018 pour désigner la gestion de ses appareils utilisant Windows 10. Le modern management vient englober l’UEM (Unified Endpoint Management) , de la même manière que l’UEM englobe le MDM (Mobile Device Management).

Si l’outil central du modern management reste l’UEM, les services et les processus qui gravitent autour permettent davantage d’agilité et de rapidité en apportant plus d’intelligence et en se basant entièrement sur le cloud. L’automatisation (par exemple des installations d’OS, de mises à jour, de patchs…), les analyses, ou encore le déploiement « zero touch » des terminaux font partie des avantages apportés par le modern management.

Management traditionnel vs modern management

Passer d’un management traditionnel des terminaux au management moderne permet, théoriquement, des gains considérables. Cependant, il convient de tenir compte de la conduite du changement, un facteur très important, notamment pour les grandes structures.

Modern management : source d’économies considérables

Une étude réalisée par VMware en 2020 (Traditional vs. Modern Management: Which Helps You Build a Future Ready Workforce?) permet de comparer les coûts entre une gestion des terminaux traditionnelle et une approche dite moderne.

En premier lieu, les coûts de maintenance ont totalement disparu, puisque l’infrastructure on-premises laisse place au « zero server », les services étant déplacés dans le cloud.

La majeure partie des économies entre les deux modèles est réalisée au travers de l’automatisation : le déploiement des patchs, des mises à jour et des résolutions de tickets, par exemple, sont ainsi en partie industrialisés.

Concernant la partie logicielle, les outils en silos et peu intégrés se voient remplacés par une gestion unifiée bien plus efficace, permettant là aussi des économies significatives.

Enfin, grâce à l’automatisation abordée ci-dessus, le déploiement connaît également un gain considérable en efficacité.

Mais un mode de gestion consommateur de ressources

Les gains apportés par le modern management semblent ainsi significatifs, mais une telle organisation ne se met pas en place instantanément. Dans un rapport intitulé « Embrace Windows 10 Modern Management to Enable a Highly Distributed Digital Workplace », Gartner souligne que changer 20 ans de pratiques informatiques prend du temps, de la persévérance et des ressources. Microsoft elle-même a commencé sa transition vers le modern mangement en 2018 et prévoit sa fin aux alentours de 2022.

La principale raison de la lenteur de cette transition consiste en un changement radical des processus de l’entreprise, et nécessite donc un accompagnement au changement à réaliser auprès de nombreux utilisateurs.

Gartner conseille ainsi un changement en douceur, partant du management traditionnel à une forme hybride de co-management (où l’UEM est mis en place mais pas encore les pratiques), pour arriver petit à petit vers une forme plus concrète de modern management.

En savoir plus :

 

Categories:

Tags:

Comments are closed