Définition du télétravail et NWOW

Conséquence logique de l’adoption massive des TIC, le télétravail apporte de nombreux avantages et transforme la façon de travailler en entreprise. Le télétravail s’inscrit d’ailleurs plus largement dans une refonte de l’organisation du travail, appelée NWOW (New Ways Of Working).

Définition

Le télétravail, tel que décrit dans l’article L1222-9 du code du travail, « désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication. ». Il peut donc se pratiquer chez soi, dans un espace de coworking, ou dans un bureau satellite mis à disposition par l’entreprise.

Les technologies de l’information et de la communication mentionnées par l’article ont fait émerger cette nouvelle façon de travailler, et contribué à remettre en cause les façons classiques de travailler. C’est ainsi qu’est apparu progressivement le sujet des NWOW (New Ways Of Working), englobant le télétravail et la mobilité à l’intérieur de l’entreprise, mais également de nouvelles manières de travailler, avec un management participatif.

Les chiffres

Définition du télétravail

Publiée en 2019, l’étude sur le télétravail réalisée par Malakoff Médéric Humanis et Ifop est riche en enseignements.

Concernant le pourcentage de télétravailleurs, le chiffre se situe à 29%, soit une augmentation de 4 points par rapport à la dernière étude remontant à 2017. Si le taux de télétravail reste encore au-dessous du tiers, les répondants de l’étude qui ne télétravaillent pas invoquent à 93% la nature de leur métier, qui ne leur permet pas de travailler hors de l’entreprise. A noter que le télétravail prévu contractuellement ne représente qu’un tiers des télétravailleurs : cette pratique se fait donc encore largement de façon « clandestine ».

Le lieu de télétravail privilégié reste le domicile du collaborateur, loin devant les bureaux satellites de l’entreprise et des espaces de coworking. Cela est logique, puisque la motivation première des télétravailleurs (invoquée par 54% des répondants) est de réduire le temps de trajet entre leur domicile et leur lieu de travail.

Enfin, un troisième point ressortant de cette étude suscite quelques interrogations : au 2e rang des points négatifs du télétravail soulevés par les employeurs figure la cybersécurité. Seulement 43% des employeurs s’inquiètent des conséquences du télétravail sur la sécurité de leurs outils et données informatiques. Il est pourtant désormais acté que le BYOD et le shadow IT sont de réelles menaces de sécurité pour les entreprises et que le télétravail peut favoriser ces deux pratiques.

Le COVID 19 a certainement rebattu les cartes et on peut attendre une évolution marquée de l’adoption du télétravail dans les prochaines études.

En savoir plus :

 

Categories:

Tags:

Comments are closed